Histoire d’Antigua-et-Barbuda

IT

Mar 3, 2020

Que signifient les noms d’Antigua-et-Barbuda ?

Les îles qui composent l’archipel d’Antigua-et-Barbuda furent découvertes en 1493 par Christophe Colomb lors de son second voyage aux Amériques.

Avant l’arrivée des Espagnols, la population locale appelait l’île d’Antigua “Wadadadli”.

Antigua” vient d’un symbole sacré d’un tableau qui se trouve à la cathédrale de Séville ; Santa Maria de la Antigua, également connu comme la “Vierge d’Antigua”.

On dit en revanche que “Barbuda” vient de la barbe du lichen présent dans les palmiers de l’île.

En ce qui concerne Redonda, qui est l’île inhabitée des trois plus grandes îles de l’archipel, l’origine du nom vient de la tradition catholique espagnole : Santa Maria de la Redonda est le nom de la co-cathédrale de Logroño, une ville de l’Espagne du Nord.

Histoire d’Antigua-et-Barbuda : la période précolombienne

Les premiers habitants des îles d’Antigua-et-Barbuda sont les Guajanatabey, des personnes indigènes originaires du Nord de Cuba.

Les trouvailles sur l’île révèlent une présence forte et longue des Arawak, une communauté agricole des amérindiens précolombiens qui s’installèrent sur les îles il y a plus de 2.000 ans jusqu’au XIIème siècle.

Ils sont à l’origine du développement de l’agriculture et l’introduction de produits comme le maïs, le tabac, le coton, le chili et l’ananas noir d’Antigua, reconnu maintenant comme le fruit national.

Histoire d’Antigua-et-Barbuda : la période colonniale

L’arrivée de Chistophe Colomb en 1493 ouvre le chemin de la colonisation européenne qui a caractérisé l’histoire des îles durant les quatre derniers siècles.

Les britanniques colonisèrent Antigua-et-Barbuda en 1632. La famille britannique Codrington concède Antigua (et peu de temps après Barbuda) et installe une plantation de sucre appelé Betty’s Hope, qui durant 2 siècles se convertit en fortune des propriétaires britanniques et des commerçants d’esclaves.

La traite d’esclaves et son exploitation, ont marqué la vie et l’économie de ces îles, au moins jusqu’à la moitié du XIX siècle. Le Musée Betty’s Hope se trouve actuellement sur le terrain de la plantation, l’un des lieux qui témoignent de l’histoire coloniale d’Antigua-et-Barbuda.

La couleur noire du drapeau d’Antigua-et-Barbuda fait référence aux origines africaines de la population et par conséquent de l’héritage culturel de l’île de Barbuda.

Dario Item antigua and barbuda flag

Durant le 18ème siècle, Antigua-et-Barbuda devient la base de la marine britannique, la Royal Navy des Caraïbes. On peut trouver à Antigua le port anglais Dockyard, dans la paroisse de Saint-Paul (actuellement lieu où se concentrent les principaux lieux d’intérêt historique).

Sur le port on peut retrouver le Nelson’s Dockyard, un chantier maritime historique qui a été déclaré Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO en 2016, construction réalisée par les mêmes esclaves utilisés dans les plantations de sucre. Il porte le nom de l’amiral anglais Horatio Nelson qui a vécu et travaillé à cet endroit pendant 3 ans.

A partir de 1860, les îles appartiennent au Royaume-Uni. Antigua-et-Barbuda est restée dans les Antilles britanniques jusqu’en 1956. De 1958 à 1962, elle fut incluse dans Antilles britanniques.

En 1967, Antigua-et-Barbuda réussit à obtenir une forme d’autonomie gouvernemental tout en restant lié au Royaume-Uni. Dans les années 70, les îles commencèrent un processus politique d’émancipation et une autonomie politique.

Indépendance du Royaume-Uni

Le 1er novembre 1981. Antigua-et-Barbuda obtient officiellement l’indépendance complète du Royaume-Uni. Restant un état appartenant au Commonwealth.

Le 1er novembre est la fête nationale.

Antigua-et-Barbuda continue d’avoir des relations internationales avec d’autres états grâce au travail des ambassadeurs qui sont constamment engagés à promouvoir l’état des Caraïbes.

Depuis 2016, Dario Item est ambassadeur d’Antigua-et-Barbuda en Espagne, de la Principauté de Monaco et de la Principauté de Liechtenstein.

Archives

Loading